Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 10:16

Journée du samedi 26 Mai 2012

Déjà la veille j’avais préparé mon sac pour partir en weekend à Lyon pour la confirmation d’Anne-Claire. Le samedi matin j’avais rendez vous à 9h30 vers chez les clarisses à Poligny. Adeline et son fils Rémy sont arrivés et départ avec ma voiture direction Lyon. On prit l’autoroute à la sortie de Poligny et une heure et demie plus tard nos arrivions chez les sœurs franciscaines à Lyon. Accueil chaleureux des sœurs on prit un petit verre sur la terrasse avec Richard et ensuite départ pour les frères capucins pour le repas de midi. Pour le weekend on devait apporter un plat sucré et salé. Les frères capucins habitent dans le même quartier que les sœurs. Il y avait déjà beaucoup de monde chez les frères. Anne-Claire était contente de nous voir. Dans le jardin il y avait la famille d’Anne Claire, les capucins, les amis d’Anne-Claire de sa fraternité qu’on connaissait déjà car ils avaient mangé chez moi il y a un an et bien sur Richard  Adeline Rémy Marie Bernadette et moi des amis de longue date. Le repas pouvait commencer : Tout était préparé sur plusieurs tables repas du samedi 26 mai. Salades composées, quiches, vin, chips, petites saucisses et merguez..On fit connaissance avec tout le monde et discussion photo 1. On débarrassa les tables et après on installa le dessert (tartes, gâteaux, compotes de la maman d’Anne-Claire). L’après midi passa très vite et peu de temps avant 17 heures il a fallu partir à la confirmation d’Anne-Claire. Les capucins habitent un quartier où il y a la mosquée de Lyon IMAG1337. Départ avec le métro. Sur le tableau d’affichage du quai on nous informait qu’il y avait perturbation sur let trafic  suite à un incendie entre tel et tel endroit. La confirmation avait lie à l’église de Vaize. Il a donc fallu s’arrêter à tel ou tel endroit ressortir du métro traverser la Saône et le Rhône à pied et reprendre le métro dans Vieux Lyon direction l’Eglise de Vaize. On a mis plus d’une heure pour arriver à l’église. Nous sommes donc arrivés vers 18h05 et la cérémonie venait de commencer. On était installé vers les portes on entendait pas grand-chose  de la célébration à cause des micros et aussi du bruit venant de l’extérieur de l’église IMAG1343. Notre amie Anne claire pour sa confirmation avait pris comme marraine sœur Marie-Bernadette. Anne-Claire lut la première lecture IMAG1344. Pendant la célébration il était interdit de prendre des photos. Monseigneur Barbarin fit l’homélie sur la confirmation qui dura un peu longtemps. Puis ce fut le temps de la confirmation. Pendant deux jours l’évêché de Lyon  fait cette cérémonie avec plus de 200 personnes. La confirmation se passait comme cela : Monseigneur Barbarin et deux autres appelaient chaque confirmé et il se mettait au bout du banc. Ensuite chaque confirmé avec son parrain de confirmation se déplaçait passait au fond pour rejoindre l’allée centrale et il était confirmé ensuite. Ensuite c’était le temps de l’Eucharistie. Pour l’Eucharistie ceux installés au fond ne se déplaçaient pas l’Archevêque Barbarin apporta la communion. Pendant la célébration des amis d’Anne Claire la famille Bulabois d’Arbois sont est arrivée à l’église. La cérémonie se termina vers 20h30. Discussion à l’extérieur avant de reprendre le métro IMAG1346  IMAG1347.

Comme à l’aller toujours perturbation il a fallu ressortir à la station Vieux Lyon. Marche à pied dans le vieux Lyon la nuit IMAG1351 IMAG1355  IMAG1357. Ensuite tramway depuis Perrache jusqu’à la maison des capucins. Petit encas, reste du midi. Richard et moi on dormait chez les sœurs franciscaines, coucher vers 23h30. Il faisait chaud dans notre chambre et il y eut un orage pendant la nuit.

 

Journée du Dimanche 26 Mai 2012

 

Lever vers 8h30. Marie Bernadette Richard et moi on retourna chez les capucins vers 9h30. Départ ensuite en voiture direction les sœurs franciscaines de Lorette qui habitent dans la maison de Pauline Jaricot juste en dessous de la basilique de Fourrière. Anne-Claire avait apporté tout le nécessaire du repas dans sa voiture. Les sœurs franciscaines nous ont accueillis  à bras ouvert. J’étais heureux de revoir sœur Brigitte qui était une amie de Marcel Daval. On se remémora les moments qu’on a passés ensemble et aussi avec Marcel. Les affaires ensuite ont été déballées installées sur des plateaux chez les sœurs franciscaines et installation des tables et des chaises sous le cloître et vers 12H30 la plupart des gens invités sont arrivés repas-du-dimanche-27-mai.jpg. Repas et vers 15 Heures on a eu droit à la visite de la maison de Pauline Jaricot « Maison de Lorette »IMAG1380.jpg. Visite commentée par une sœur franciscaine  Cécile.

Historique de la vie de Pauline Jaricot

 

Pauline Jaricot est née en 1799 dans une famille de commerçants plieurs et vendeurs de soie. Elle est la 7ème et dernière enfant de sa famille. Pauline était coquette et aussi très pieuse. Elle prie beaucoup la Vierge Marie. Dans son quartier elle côtoie le meilleur et le pire, élégance et misère en même temps. Pauline sait qu’elle plait et elle participe à des réceptions bourgeoises. Mais à la mort de sa mère Pauline reprend sa vie normale mais une cassure s’est opérée chez elle. Elle trouve sa vie triste et monotone. Un dimanche de carême Pauline a 17ans et suite à un sermon sur les illusions de la vanité elle décide de tourner radicalement la page de son passé devant sa famille réunie. Elle choisit délibérément de s’habiller comme les pauvres. Pauline alors recrute parmi les ouvrières de son quartier des filles de son âge partageant son idéal et sa piété, elles s’appellent les réparatrices du cœur de Jésus méconnu et méprisé, elle veut aider avec elles ceux qui souffrent et elle donne tout, linge argent. Elle se sent portée vers l’amour des pauvres, elle est enthousiasmée de créer sa propre congrégation.

En 1818 Pauline et ses sœurs quêtent dans l’usine de son beau-frère le sou hebdomadaire donné pour les ouvrières généreuses en faveur de la propagation de la foi. Dès le départ elle structure son œuvre en imaginant associer beaucoup de personnes dans son sillage en faveur des missions. Le clergé n’y croit pas  mais son frère prêtre aux missions étrangères l’encourage à continuer cette œuvre de Dieu. En 1822 des hommes reprennent l’association pour porter la lumière de la foi en Amérique et en Asie. Pauline prend soin de sa famille et des pauvres des malades des œuvres de charité. Elle va leur apprendre vraiment ce que le mot solidarité veut dire.

En 1826 Pauline a 27 ans elle va mettre en place le Rosaire Vivant. Elle associe 15 personnes priant chaque jour un des mystères en union de prière avec les autres. Elle demande aux 15 personnes d'en trouver chacune cinq autres. Le rosaire vivant se développe partout à l’étranger (Europe, Amérique, Canada, Amérique du Sud, Afrique).

En 1832 Pauline achète sur la colline de Fourvière une maison qu'elle appelle "Lorette" pour en faire le siège du Rosaire Vivant. Elle s'y installe avec les Filles de Marie, jeunes filles laïques consacrées pour lesquelles elle a rédigé une règle et qui l'aident dans cette mission.. . Les évêques de France recommandent le Rosaire Vivant comme essentiel dans chaque diocèse. En 1834 le Rosaire Vivant compte plus d’un million d’adhérents. Cette même année est marquée est mqrquée à Lyon par des émeutes sanglantes suite à la révolte des canut (ouvriers de la soie).

L'année suivante Pauline, tombée gravement malade, parvient à se rendre à Rome ou elle est logée chez les religieuses du sacré ceour. Le pape Grégoire XVI vient lui même la visiter : elle est au plus mal. Peu après, elle revient faire constater au pape sa guérison (miraculeuse) lors d'un pélérinage à Mugnano auprès des reliques de Sainte Philomène.

En 1842 le curé d'Ars envoie à Lorette Maria Dubouis beaucoup plus jeune que Pauline pour lui apprendre à aimer d'avantage Jésus et Marie.

En 1844 un certain Gustave Perre qui se disait maitre forgeron fait miroiter à Pauline l'intérêt d'acheter ds terrains ferrifières à Ristrel dans le sud de la france pour un établri un complexe idéal. C’est hélas une escroquerie et Pauline  va être obligé de rembourser la dette pendant plus de 10 ans. Elle va se battre aussi contre la commission de Fourvière qui voulait racheter sa maison à bas prix. . En 1856 Pauline Jaricot rédige une sorte de testament « mon seul trésor est la croix, je répugne beaucoup à la souffrance mais j’accepte volontiers ce calice, je vous recommande ceux envers qui je pourrais mourir insolvable ».

Le 9 Janvier 1862  Pauline Jaricot meurt. Ses funérailles se font dans la discrétion  avec surtout  des amis pauvres ainsi que des ouvrières de la soie. Elle est enterrée dans un cimetière de Lyon et ce n'est qu'en 1881 qu'elle est réhabilitée grâce à une biographie écrite par son amie Julia Maurin.

En 1935 sa dépouille est transférée à l'église Saint Nizier et en 1963 elle est déclarée vulnérable.

Le 9 janvier 2012 pour commémorer le 150ème anniversaire de sa mort, a été ouverte une année jubilaire Pauline Jaricot. 

 

La visite débuta donc vers 15 heures avec la vue magnifique sur Lyon IMAG1365.jpg

IMAG1366.jpg  IMAG1367.jpg, L’oratoire ou Pauline venait prier avec ses sœurs

IMAG1370.jpg; Le passage entre Fourvière et la route montant à la colline avec sa roseraie

IMAG1375.jpgIMAG1376.jpg ; La chapelle Saint Philomène où le cardinal Billé  de Lyon a dit sa dernière messe en 2002 juste quelque jours avant sa mort  IMAG1377.jpget nous visitons l’intérieur avec de nombreuses statues de vierges de différents pays IMAG1388.jpg IMAG1389.jpg

IMAG1390.jpg IMAG1391.jpg  IMAG1394.jpg  IMAG1396.jpg  IMAG1397.jpg  IMAG1398.jpg. la chambre de Pauline Jaricot  IMAG1401.jpg. Notre guide expliqua très bien la vie de Paulien Jaricot. En fin d’après Midi vers 17 heures la plupart des gens sont partis. Adeline Rémy moi la famille Bulabois et leurs amis nos sommes montés à Fourvière IMAG1406.jpg et visite du site Gallo-Romain  IMAG1407.jpg  IMAG1408.jpg  IMAG1409.jpg  IMAG1411.jpg  IMAG1413.jpg. Il était alors 19 heures. Départ de Lyon avec Adeline et Rémy. Retour  à Chamole vers 21 heures.

 

Conclusion

 

Weekend Formidable à Lyon lors de la confirmation d’Anne-Claire :Confirmation le samedi 26 Mai à 18h00 ; Repas chez les capucins dans la journée du 26 Mai où on fit connaissance de la famille d’Anne Claire et de ses amis. Repas le dimanche chez les sœurs franciscaines de la maison Lorette de Pauline Jaricot avec sœur Brigitte amie de Marcel Daval et visite formidable de la maison. Weekend à marquer d’une pierre blanche.

 

    

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires